Maquett'Club montbrison
Association de maquettisme Loire 42
Produit / service: La photo découpe, par Denis Pusel maquettisme
deplacement maquett fabrication

Photodécoupe


La photo découpe, par Denis Pusel

Quoi de mieux actuellement pour conférer finesse et détail à un modèle réduit (quelle que soit l'échelle) que la photo-découpe.

Bon nombre de fabricants ont aujourd'hui recours à cette pratique qui améliore indéniablement la qualité des miniatures et maquettes, leur conférant ainsi beaucoup plus de réalisme.
Mais la mise en œuvre de cette technique relève encore du professionnalisme, car la « photodec » - comme on dit dans le jargon maquettiste - demande des moyens matériels et une technicité importants.
Il est toutefois des maquettistes indépendants qui commencent à s'approprier et maitriser cette technique.

C'est le cas de Denis Pusel, membre du Montbrison Maquett' Club, qui s'est lancé voilà plusieurs années dans cette technique.

Il nous livre les grandes lignes de sa recette :

Faire sa photo-découpe soi-même !
Ce qu'il vous faut :
•    Un logiciel de dessin 2D
•    Du papier transparent pour rétroprojecteur
•    Une imprimante avec un maximum de ppm en impression noir
•    Une insoleuse  (cf photoPrécisions:  L'insoleuse est utilisée dans la création artisanale de circuit imprimés, elle permet entre autres de réaliser des prototypes de circuits imprimés avant que ceux-ci soient envoyés en production plus importante.
•    Des plaques laiton ou arcap sensibilisées des 2 faces
•    Une graveuse avec résistance chauffante + pompe aquarium
•    Du persulfate d'ammonium
•    Des cuvettes plastiques, gants, lunettes de protection, papier essuie tout etc...

Le plus long est de faire le dessin!

Le projet : un pont levant pour voie ferrée d'inspiration libre (cf photo 1).
Les dessins du film en positif (cf photo 2).
Les dessins du film en négatif (cf photo 3.
Après impression des dessins sur les films transparents, il faut faire une pochette dans laquelle sera insérée la plaque laiton, pour cela, on peut utiliser une mireuse ou bien un bon éclairage pour mettre dos à dos le tirage positif et le tirage négatif   (cf photo 4).
La plaque laiton avec sa pochette est mise à l'intérieur de l'insoleuse  pour révéler les parties noires (Cf. photo 5).
En fait les UV vont transférer les parties noires des films sur la plaque laiton sensibilisée
Les plaques ainsi insolées seront plongées dans un bain de révélation pour détruire le vernis  restant. (Cf. photo 6).

La dernière étape: le passage dans la graveuse:

Le bain de gravure est composé de 1 litre d'eau + 250 gr de persulfate d'ammonium ; le tout chauffé à environ 30° par la résistance et agité par la pompe qui va faire des bulles (cf photo 7).
En effet, c'est l'action des bulles avec le mélange qui va provoquer la gravure de la plaque laiton.
Les parties qui étaient noires resteront intactes tandis que les parties claires seront détruites par le bain
De ce fait  on peut graver en moitié d'épaisseur: par exemple les pattes d'attaches, rivets etc..
Toujours bien rincer à l'eau claire les plaques gravées (cf photo 8).
Voici la plaque finie !!! (cf photo 9).

Il n'y a plus qu'à découper et assembler (avec beaucoup de minutie et patience) pour concrétiser le projet  (cf photo 10).


Retour liste
Photodécoupe
une insoleuse
Photo 1: un pont levant pour voie ferrée d'inspiration libre
Photo 2: Les dessins du film en positif
Photo 3: Les dessins du film en négatif
Photo 4
Photo 5: La plaque laiton avec sa pochette  à l’intérieur de l’insoleuse
Photo 6: Les plaques insolées  après le bain de révélation
Photo 7: Le bain de gravure
Photo 8: bien rincer à l’eau claire les plaques gravées
Photo 9: la plaque finie
Photo 10: le résultat final

Retour liste

Egalement sur acebook






dernier flux confirme