Bienvenue sur Maquett'Club montbrison
Association de maquettisme Loire 42
Produit / service: Mon baptême en Bugatti T35 (Jean-Pierre Muller) travaux
nouveau

Mon baptême en Bugatti T35 (Jean-Pierre Muller)

La Bugatti Type 35 « Grand Prix » est une automobile sportive de la seconde moitié des années 1920 développée par le constructeur automobile français Bugatti. Forte d'un palmarès toujours inégalé, avec plus de deux mille victoires en compétition dont cinq succès consécutifs à la Targa Florio, elle est non seulement la Bugatti la plus célèbre mais compte également parmi les voitures ayant le plus marqué l'histoire de l'automobile. La naissance du mythe des « Pur Sang » Bugatti date d'ailleurs de cette époque.
Conçue à partir de 1924 dans les ateliers Bugatti de Molsheim-Dorlisheim en Alsace, la Type 35 connaît de nombreuses évolutions mécaniques, portant essentiellement sur son moteur à huit cylindres en ligne, donnant naissance à différentes versions : Type 35, 35A, 35C, 35T, 35B, 37, 37A, 39 et 39A. Généralement considérée comme particulièrement élégante, la Type 35 est également à l'origine d'innovations techniques majeures dans l'automobile. Près de 640 exemplaires seront construits jusqu'en 1930.
Si elle n'est pas particulièrement puissante, ses différents moteurs développant entre 60 et 140 chevaux, la Type 35 réussit toutefois à imposer son rythme en Grand Prix pendant près d'une décennie, grâce notamment à son comportement routier sain et à sa fiabilité. Au début des années 1930, elle cède néanmoins sa place aux sportives des constructeurs italien Alfa Romeo et allemand Mercedes-Benz, qui bénéficient entre autres du soutien de la part des gouvernements de leurs pays respectifs.  (source WIKIPEDIA).

Personnellement, cette auto m'a toujours fasciné : de par sa ligne simple et épurée, ses performances  rappelées ci-dessus, et les nombreuses innovations techniques dont elle a bénéficié.  Aujourd'hui encore la Type 35  reste le véhicule « mythique » de tout passionné de véhicules sportifs de collection … au prix exorbitant !
Ma modeste pratique du maquettisme m'a conduit à m'intéresser de près à ce modèle à plusieurs reprises.
La dernière en date est d'inspiration très personnelle… Mais revenons un peu en arrière…


Co-fondateur du Montbrison Maquett' Club en 1987, avec plusieurs amis, nous avons voulu marquer les 20 ans de notre associations en organisant courant 2007 une petite expo fort sympa, réunissant les amis maquettistes rencontrés au fil de ces 20 années de pérégrinations maquettistes.
Ces retrouvailles avaient pour cadre le Prieuré de Champdieu, petite commune toute proche de Montbrison.
Lors de la soirée festive organisée le samedi, je me voyais honoré, par les membres du club et amis invités,  pour mes vingt années de présidence au sein de l'association. Moment fort en émotion !

Mais l'émotion fut à son comble, quand, à ma grande surprise le dimanche matin, j'entendis et vis arriver devant le prieuré, dans un bruit de tonnerre,  une rutilante Bug – échelle 1, dénichée par mon ami Gégé auprès d'un collectionneur Montbrisonnais.

Un de mes plus beaux rêves allait se concrétiser : un baptême à bord d'une Type 35 ! Un moment qui restera inoubliable et immortalisé grâce aux nombreux clichés photos pris ce jour là.

C'est un de ces clichés, réalisé par mon ami Jean-Marc Dutreuil que je tente de reproduire via une petite saynète au 1/24ème :

La scène :


Après une demi-heure d'escapade dans la campagne Forézienne, nous retrouvons le prieuré de Champdieu que nous rejoignos par la rue de l'Hospice à quelques dizaines de mètres du Prieuré.

La maquette de la voiture est une base Monogram (vielle boite dénichée sur le « Bon coin », car introuvable en commerce), retravaillée dans ses moindres détails, afin de la rendre conforme à l'originale…. Pour la petite histoire cette voiture a couru sous les couleurs d'une écurie italienne … d'où la couleur rouge, inhabituelle pour une Bugatti !

La transformation de la maquette ne m'a pas posé trop de soucis  disposant d'une source documentaire assez fournie en la matière.
Les figurines sont réalisées en scratch. Ne me revendiquant pas comme un sculpteur émérite, je ne me suis pas attaché à la ressemblance « à tout prix » des visages. J'ai en revanche tenté de reproduire la posture des personnages la plus réaliste possible. J'ai confié la peinture de ces derniers à Nanou ma compagne, qui maîtrise parfaitement le sujet. Peinture à l'huile sur une sous couche « Humbrol ».

La partie décor est entièrement réalisée en plâtre sur une base de 35 x 35 cm. Afin de donner d ela profondeur à l'ensemble et bien que la maquette soit au 1/24, je choisis de réaliser les murs de fond de décor au 1/35.

A l'heure de la rédaction de ces premières lignes, la gravure – fastidieuse - du pavage du sol, de forme circulaire est quasiment achevée et le moulage des murs du décor est au séchage … (Merci à Yves pour son coup de main en la matière ).

A suivre ….

La gravure peut donc commencer. Le plus complexe réside dans le rendu des hauts de mur, recouverts de tuiles 'd'époque'. Un nouvelle visite sur le site s'impose afin d'immortaliser sur la carte mémoire de mon 'Lumix', les détails.
La complexité de la construction me conduit dans un premier temps à sculpter dans la masse les premiers rangs de tuiles. Pour les rangées supérieures, je crée des tuiles en Milliput et les positionne une à une.

Les portes sont réalisées en carte plastique...  avant la mise en peinture.

....à suivre...

 

Jean-Pierre M.







Retour liste

En Bug dans les rue de Champdieu



Ebauche des figurines
Mise en peinture
La maquette est confrontée à son original




Peinture des visages
Gravure des pavés de rue
Travail de la façade en plâtre
Détail de la gravure
Tuiles façonnées en Milliput
La façade prend forme
Essais en carte plastque pour la porte



Retour liste

Egalement sur acebook






heureuse familiale gymnase dirigeante retro surprendre haute dimanche remarquable venez bienvenue aureclundi orangerie continue complet marge taient onglet speed assurait rale moire retrait lmmjvsd te