Maquett'Club montbrison
Association de maquettisme Loire 42
Diorama 1/24 Messiiiire ......
deplacement figurine maquett
Retour Tous articles Galerie


Vente Les visiteurs
13-nov. / 11:35
REF_4_5794/

1 en stock

★★★★★ 5/5 (3 Avis) 25 vues

Un renseignement pour
Les visiteurs ?

Les visiteurs

Diorama 1/24

Galerie > Article > Dioramas > Jean-Pierre Muller

Messiiiire .... Messiiiiire, un Sarrazin !
Tel pourrait être l'intitulé de ce nouveau diorama au 1/24ème.

Le point de départ en a été la sortie sur le marché de la maquette de la Fourgonnette 4L Renault au 1/24ème de chez Ebbro. Le diorama reprend un moment fort de cette scène mythique du film « Les visiteurs ».
Ce film français réalisé par Jean-Marie Poiré, sorti en 1993 raconte l'histoire de deux hommes, le comte Godefroy de Montmirail (interprété par Jean Reno) et son serviteur Jacquouille (Christian Clavier), transportés par magie dans le temps afin d'éviter la mort accidentelle du beau-père de Godefroy. Mais, à la suite d'une erreur, au lieu de remonter le temps de quelques jours, ils sont transportés du XIIème siècle à la fin du XXème !

Sur une route de campagne, un facteur (noir) au volant de sa 4L voit surgir devant lui Jacquouille éberlué par ce «Sarrazin » dans une «chariote du diable, toute ferrée, qu'est même point tirée par des bœufs ! » Nos deux lascars s'en prennent derechef à l'auto au grand damne de notre facteur qui prend ses jambes à son coup pour déguerpir...

L'idée était trop belle .. . mais pas innovante – j'en confesse - car une saynète analogue a déjà été réalisée par François Vernaudon du club maquettes d'Issoire... mais au 1/87ème. Mon mérite est donc sauf!

Mon travail consista donc à mener de front le montage (ou plutôt devrais-je dire, le massacre) de la 4L telle qu'on la voit dans le film après l'assaut des deux énergumènes… et la création des figurines.
Je dois reconnaître que la première partie ne me posa pas trop de problèmes, la maquette étant assez fidèle, et disposant d'un certain nombre de photos du film et de vidéos recueillies sur le net.
Je poussais même le luxe de soigner le détail de la partie moteur … que l'on ne verra pas ! Anecdote : J'eus même l'audace d'éviter un petit piège; je m'explique : la maquette renferme plusieurs plaques de décalcomanies permettant de présenter la 4L dans diverses versions dont celle de la Poste … Facile donc la déco de la voiture sauf que... Sur la portière de la voiture du film, le logo de la Poste est orienté vers la gauche alors qu'en réalité le vrai logo est inversé est tourné vers la droite!!!!

La création des personnages fut un peu plus compliquée, car créés de toute pièce à base de Milliput sur un squelette en fil de fer.

Le challenge consista, non pas à reproduire fidèlement les visages (je suis loin de ce niveau !) mais plus à soigner la posture des personnages, et là, je ne suis pas trop mécontent. S'agissant des visages, en fait, j'avoue avoir triché un peu en ayant utilisé une tête récupérée sur une autre figurine pour le personnage de Godefroy; laquelle au final est partiellement recouverte par la cote de maille et le heaume (mea culpa).

La tête de Jacquouille est en revanche 100% … maison ... après plusieurs tentatives !

Après de nombreuses heures de travail sur ces deux figurines, l'heure est à la mise en peinture. Cette opération débute par une sous couche d'accroche à la bombe(blanc mat) puis la mise en peinture (Humbrol) des couleurs de base. Cette étape n'est pas à négliger car elle permet de corriger quelques défauts de sculpture … Les teintes finales sont appliquées à l'huile.

Une troisième figurine sera réalisée mais au 1/35ème, celle du brave préposé qui s'enfuit à la course devant la furie des « Sarrazins ». Le choix de cette échelle permettant d'accentuer l'effet de perspective dans le décor final.
La technique employée sera la même : squelette fil de fer et habillage en Milliput. Tète, pieds et mains provenant de récupération.

La grosse partie « figurines » étant achevée, la conception du décor constitue l'ultime étape.

Mes occupations maquettistes étant orientées vers d'autres réalisations plus urgentes, je délaisse pendant quelques mois, 4L et figurines, bien à l'abri avant de m'attaquer à la saynète proprement dit.

Une bonne épaisseur de polystyrène collée sur une planche de contreplaqué de 18 mm, assurent une base solide. Les reliefs sont également façonnés dans des morceaux de polystyrène. Le tout est recouvert de bande plâtrée puis d'enduit à l'eau.

N'étant pas trop adepte des formes « plates », je prends soin de « bomber » légèrement la forme de la route ; cette petite particularité accentuant également l'effet de perspective, l'arrière du diorama paraissant « plonger » dans le trompe l'œil arrière.

L'effet perspective est également prononcé par un rétrécissement de la largeur de la route en arrière plan.

Reste ensuite la partie flocage destinée à rendre le plus réaliste possible le décor. J'avoue avoir triché un peu sur la largeur de la scène, qui aurait mérité de gagner quelques centimètres en largeur, mai l'encombrement de la maquette terminée, ne devant pas être excessive, cette option s'imposa à moi.

La scène du film se déroulant sur une route bordée d'un champ de maïs, me reste plus qu'à me lancer dans la fabrication des pied de céréale !

Les feuilles, de différentes tailles sont découpées dans du papier ordinaire, puis mises en peinture, et enfin collées sur des brindilles récupérées au fond du jardin ! Chaque plant ainsi réalisé et ensuite mis en place avec de la colle à bois.

Le diorama devant se regarder de face (perspective oblige !), les trois autres côtés sont réalisés en trompe l'œil, à la peinture acrylique et gouache.

Une fois tous les éléments décor terminés, reste à positionner véhicule et personnages ainsi que quelques objets et ustensiles tels que présents sur la photo extraite du film.
Là aussi, la largeur de ma saynète me conduit à tricher un peu sur le positionnement de ces éléments….

Reste plus qu'à loger le tout dans une « boîte », ouverte sur la face avant, non sans avoir auparavant positionné un éclairage constitué de plusieurs bandes de rubans led « lumière du jour » alimenté en 12 v.

La touche finale consistera à habiller la façade du diorama au moyen d'un décor« trompe l'œil » de style médiéval gravé dans deux épaisseurs de polystyrène extrudé de 5mm.


Il m'aura fallu presque deux ans pour réaliser, à mes heures perdues se énième diorama pour lequel j'ai vraiment pris beaucoup de plaisir.


diorama 1/24 diorama 1/24 diorama 1/24 diorama 1/24 diorama 1/24 diorama 1/24 diorama 1/24 diorama 1/24 diorama 1/24 diorama 1/24 diorama 1/24 diorama 1/24 diorama 1/24 diorama 1/24 diorama 1/24 diorama 1/24 diorama 1/24 diorama 1/24 diorama 1/24 diorama 1/24 diorama 1/24 diorama 1/24


Précédent LANCIA 037 au 1/24eme

Retour Tous articles Galerie

Suivant Robin des bois 54 mm


Egalement sur acebook






defourspierre thermeaudeni pierre